Presse

Il dessine Honfleur sur du papier de mûrier

Ouest
Portrait
« Je suis né dans une période de fin de guerre près de Daejeon city en Corée, c’est une ville de haute technologie, commence Son Cha Yong. Mon grand-père fermier a tout perdu après la guerre, les campagnes devaient se redresser après les invasions. Plus rien à manger ni à cultiver, il a fallu survivre dans de maigres conditions. » La vie est simple. Mais Son développe son goût pour le dessin avec ce qu’il a sous la main. « On n’avait rien pour jouer sinon des morceaux de bois, des cailloux. À 3 ans déjà, je dessinais avec des objets trouvés au hasard, se souvient-il. Mon grand-père troquait de la nourriture contre des crayons ou de la craie, il s’est vite aperçu que j’avais un don. » Son est l’aîné de la famille. La hiérarchie veut que ce soit lui qui devienne le chef de famille et doit reprendre le travail du père. Sur les listes de naissance seulement le nom de l’aîné est mentionné.
« Quand je suis allé à l’école, j’ai obtenu des bourses, ce qui m’a permis à 13 ans d’entrer dans une école d’art. Pas facile dans un contexte où étudier était un interdit. » Il obtient un premier prix de l’école d’art de Séoul et à 29 ans, devient peintre professionnel. « À travers mes expositions, je suis allé à Munich pour un jumelage. J’ai été logé dans un appartement d’une amie, Anne-Sabine. Cette dernière avait une maison à Villerville et j’ai été invité à visiter cette région. La lumière m’a d’abord inondé le regard car en Corée, cela n’existe pas, il y a toujours une brume opaque due à l’humidité. Ici, c’était la couleur sous toutes ses formes, je suis tombé amoureux de l’endroit. » Son Cha Yong peint sur un papier fin appelé papier de mûrier ou papier de riz car dans ce papier on emballait le riz. « J’utilise de l’encre avec des appuis différents de pinceaux pour obtenir les volumes, explique t-il. Il faut aller très vite pour ne pas déchirer le papier. Ensuite je solidifie le papier et je termine mon dessin en peignant l’astrologie du jour et du moment de mon dessin, je positionne les astres et les planètes. C’est une philosophie orientale qui représente le temps et l’espace. » Aujourd’hui, dans sa galerie honfleuraise, Son est heureux de montrer son travail et d’avoir des contacts avec d’autres artistes. « Je vais dans les vernissages regarder ce que créent les autres peintres de la région. Je suis aussi spécialisé dans le nu artistique. Je ne fais poser mes modèles qu’une minute, j’ai la faculté de peindre vite et de photographier dans ma mémoire, le modèle. »

Article « Le pays d’Auge » du 31 mai 2013″

Ouest

Article Ouest France du 17 Avril 2013 – Une exposition intitulée Pont de Normandie 2013 – Honfleur

Ouest

Une exposition d’échange international de six pays à Honfleur a lieu dans la galerie de Son Cha-Yong. « L’idée est venue de faire des échanges avec l’Autriche, les États-Unis, la Corée, la France, la Mongolie et le Japon, décrit Son Cha Yong. Chaque artiste, dont l’Académie des artistes honfleurais, a déposé une toile pour un total de 24 oeuvres. »
L’idée est de faire cet échange en unissant le Pont de Normandie qui sert de lien et de pont de l’amitié entre artistes de tous les pays. « Une prochaine exposition de ce genre aura lieu en 2014 avec tous les artistes mais cette fois aux Etats-unis à Manhattan », souligne Son Cha Yong. (De gauche à droite : Son Cha Yong, Franck Brière, Olivier Fisher, Jacques Bachelet. Devant, Jacques Bruxelles et Hamidi Valdet.)

Article du 14 mai 2012 – OUEST FRANCE

Contre-courant expose vingt artistes

Ouest3Samedi soir, l’exposition Contre-courant a été inaugurée. Les artistes exposent autour du thème : le temps présent.
« En parcourant les greniers, certaines oeuvres sont singulières, parfois même insolites. Les artistes représentent tous les styles, toutes les tranches d’âge »,souligne Françoise David, adjointe au maire. Beaucoup de monde déjà est venu voir les oeuvres exposées jusqu’au 20 mai.
« Les artistes présents assument la réalité et le temps qui passe avec émotion. Chacun peut devenir l’artiste perturbateur de la société à travers l’art et la couleur proches des rêves, une image qui peut être appréciée ou rejetée par celui qui la reçoit », expose Jean-Claude Lechevallier, président de l’association organisatrice.
Cette exposition basée sur l’authentique, est basée sur un monde curieux plein de découvertes et d’harmonie. « Il est agréable de mener à bien un projet quand tout l’association travaille autour et dans le même sens », estime Jean-Claude Lechevallier
Samedi après-midi, devant les Greniers à sel, une grande bâche de papier blanc avait été tendue afin que Son Cha Young, peintre coréen, puisse en une heure exécuter un tableau dont il a l’art. Armé de pinceaux trempés dans l’encre de Chine, il a fait apparaître un paysage asiatique. Son Cha Young était accompagné de la violoniste Anne Stephenson. D’autres peintres vont se succéder comme jeudi 17 mai avec Gerber, samedi 19 mai Annette Boyer et dimanche 20 mai David Delamarre.
Ledax est le nom d’artiste de David Delamarre. Ce jeune Honfleurais présente des oeuvres contemporaines autour des icônes disparues de la chanson et du cinéma. « Je voulais figer les stars dans le temps, avec une image passée, pour montrer qu’ils sont partis. Les dégoulinures représentent les larmes qui coulent quand on perd un être aimé, déclare Ledax. Ces couleurs roses et bleues viennent d’un matin à mon réveil lorsque j’ai regardé le ciel. »
Jusqu’au 20 mai, exposition ouverte tous les jours, de 10 h à 19 h. Entrée gratuite. Dans les deux Greniers à sel, rue de la ville.

Article du 17 Octobre 2011 – PAYS D’AUGE

pays d'auge 001

Article du 19 Septembre 2011 – OUEST FRANCE

L’atelier Son Cha-Yong fait un pont de peinture

Ouest2Le peintre coréen Son Cha-Yong, dont l’atelier se trouve rue Cachin, a ouvert son atelier aux peintres étrangers et Honfleurais avec pour titre Pont de Normandie. « J’ai fait venir des peintres de six pays comme des échanges internationaux. Nous avons 26 artistes qui viennent en majorité de Corée du Sud, Russie, États-unis, Japon et Mongolie, souligne Son. Mais depuis que je suis installé à Honfleur, j’ai fait la connaissance de beaucoup de peintres et artistes locaux qui sont aussi venus à cette exposition. Ils sont au nombre de six qui exposent leurs oeuvres. » Le pont reste la liaison des échanges que Son Cha-Yong aime : il y a des ponts partout dans le monde qui relient les hommes et permettent à chacun de se retrouver. Ici, c’est le pont de Normandie, d’où le titre de son exposition. « Il y a 32 oeuvres exposées allant du dessin, tableaux, photos mais aussi gravures, chacun dans le style de son pays, de la mixité et de la culture, détaille Son. Mais c’est aussi la porte ouverte à d’autres expositions à travers le monde dans les mois à venir, un bel échange dans l’art. » Jusqu’au 21 septembre, exposition Pont de Normandie 2011. Visible du lundi au samedi, de 10 h à 19 h à l’atelier Son Cha-Yong, 22, rue Cachin. Tél. 02 31 98 71 63.

Article du 1er Mars 2011

Pays d'auge 01032011

Article du 25 février 2011 – PAYSD’AUGE

Expo pays d'auge 25022011